Les débuts d’Elodie en alimentation cétogène

Chacun vit ses débuts en alimentation cétogène à sa façon. On est tous différents, mais on a toujours envie de savoir comment cela s’est passé pour les autres. On a envie de savoir si on peut se retrouver dans les divers témoignages. On a donc voulu vous partager l’expérience d’Elodie sur son premier mois en diète cétogène :

Comme vous le savez peut-être, j’ai commencé la céto surtout par curiosité ! Cette idée ne m’est pas venue toute seule bien évidemment. Il y a eu toute une série de changements personnels et environnementaux qui ont fait que j’en suis arrivée à cette décision.

6 mois plus tôt, j’ai décidé d’arrêter le sucre. François commençait à être très convaincu sur le sujet et il a fini par me convaincre. Cela a été une décision très difficile pour moi qui adore les gâteaux, les viennoiseries, le chocolat, les pâtisseries, les glaces… bref, j’ai toujours aimé le sucre ! Je me suis donc renseignée sur le sucre et tout le mal que ça peut engendrer. J’ai lu et regardé plein de documentaires qui se multipliaient beaucoup à ce moment là (dont Sugarland qui est même passé au cinéma). Pas besoin d’aller très loin pour comprendre et avoir envie d’arrêter !

De plus, étant pratiquante du Crossfit, qui prône l’alimentation paléo et donc le « sans sucre », le minimum que je pouvais faire, était bien d’arrêter le sucre.

Eat meat and vegetables, nuts and seeds, some fruit, little starch and no sugar. (Mangez de la viande et des légumes, des noix et des graines, quelques fruits, peu de féculents et pas de sucre.)

Greg Glassman, CrossFit Journal

J’ai donc réussi à me désintoxiquer de cette drogue avec moins de difficulté que je l’imaginais ! J’étais plutôt fière de moi ! 🙂

Pendant ce temps, François avait déjà bien entamé sa diète céto. Bien adapté, sa transformation physique et psychologique avait commencé. Non seulement il avait perdu beaucoup de poids en un temps record tout en se régalant à chaque repas, mais il avait aussi envie d’entreprendre plein de choses et il s’y tenait ! Je ne me suis pas rendue compte tout de suite, mais avec du recul, je peux dire : « Mon homme a changé, il est encore mieux qu’avant ! » Je ne pouvais pas continuer comme ça, il fallait que je sois à la hauteur de toute cette bonne énergie. J’ai donc eu envie de connaître ce que ça faisait d’être en céto.

Rapide vérification de la situation actuelle :

  • Côté santé tout va pour le mieux, j’ai fait des tests sanguins juste avant , tout est complètement NORMAL !
  • Côté poids tout va bien aussi. (On l’a suivi quand même pour l’expérience histoire de voir l’impact sur le poids)
  • Côté énergie et motivation c’est correct mais peut beaucoup mieux faire…

Me voilà lancée dans la diète cétogène pour le meilleur et pour le meilleur ! 🙂

SEMAINE 1 : Digestion pas facile, facile ( poids : 60,9 kg )

Les 3 premiers jours sont passés super « easy » . Comme j’avais l’habitude de voir les repas de François, je n’ai pas eu de difficultés à choisir mon menu. Les deux seules choses indispensables pour commencer la céto que j’ai du me répéter chaque jour (pas encore naturelles pour moi et la majorité d’entre nous): « Pense à tes électrolytes (potassium, sel, magnésium) et mange assez de gras ! »

C’était assez marrant (et effrayant) de rajouter une dose de beurre de plus que d’habitude dans mes épinards, une poignée de fromage en plus pour ma moussaka sur laquelle j’avais déjà mis un bon filet d’huile d’olive tout en se disant que c’est pour mon bien ! J’avais tellement l’impression d’abuser et de manger des millions de calories en excès !

Beurre cétogène
Quantité de beurre ressentie en une semaine

Les petits désagréments ont commencé à arriver le 4ème jour.

D’abord au niveau du sommeil, j’ai eu des problèmes d’endormissement (ce qui ne m’arrivait plus surtout les jours avec une grosse séance de crossfit le matin), de multiples réveils dans la nuit (alors d’habitude je dors comme un loir 😛). Tout ça a joué sur mon état de fatigue et mon humeur qui n’étaient pas au top pour le coup !

Malgré tout, mon côté “sceptique intelligent“, m’a poussé à tenir bon et à accepter ces désagréments pour pouvoir voir les changements (s’il y en a) arriver. Je savais que c’était une situation temporaire et qu’il fallait juste prendre son mal en patience 🙂

Ensuite, à chaque repas, j’avais la sensation que mon estomac avait du mal à digérer tout ça, j’avais comme un poids qui pesait dessus. Mon appétit a alors bien diminué mais j’essayais tout de même de me nourrir correctement de peur de manquer d’énergie et pour « forcer » mon corps à s’adapter à ce nouveau mode de vie. Etant quelqu’un qui a toujours écouté son corps, et encore plus aujourd’hui, je ne me suis pas non plus rendue malade, j’ai mangé ce qui me faisait envie et en quantité qui m’était possible d’avaler. Il m’est même arrivé de sauter un repas car je n’avais vraiment pas faim.

Il y a quelque chose qui m’a vraiment marqué à ce moment là, je pouvais encore mieux faire la différence entre la faim par habitude (heure des repas, des grignotages), la faim par envie/gourmandise et la réelle faim.

SEMAINE 2 : L’entrée en cétose (poids : 59,6 kg)

C’est la semaine des plus et des moins, et de la reprise du sport (3 séances de cardio/fitness/pilates pour une reprise en douceur).

En effet, j’ai commencé à ressentir quelques effets positifs de la céto qui s’alternaient avec des effets négatifs. Par exemple, il y a un jour où j’avais retrouvé ma bonne humeur et ma motivation (une vrai sensation de joie de vivre !) et le lendemain c’était grosse fatigue et incapacité à se concentrer, comme si mon cerveau n’arrivait plus à connecter ses neurones ! Un peu la déprime tout ça …

En contre partie, mes problèmes digestifs s’estompaient de plus en plus, et les habituels tremblements (d’hypoglycémie?) après le sport n’étaient plus.

J’ai l’impression que le sport était très bénéfique pour moi et mon entrée en cétose. Pendant les séances, je n’ai pas vu beaucoup de différence, juste un peu moins de force et d’explosion (c’était déjà pas fou avant 😛)  dans les mouvements. J’ai remarqué que je fatiguais plus vite mais que je reprenais plus vite mon souffle. A la fin de la séance, ce sont les moments où je me sentais le mieux : j’étais légère et heureuse ❤️ (toujours avec des vertiges régulièrement… >« Prends tes électrolytes ! »< parce qu’on n’est pas encore complètement adapté)

Détail rigolo mais qui explique tout (les vertiges surtout) : je passais beaucoup de temps à faire pipi ! Et quand je dis beaucoup, c’est du genre 2 fois d’affilés en l’espace de 10 minutes parfois ! Pire qu’une femme enceinte ! Il fallait pas qu’on prenne la route 2h d’affilée, je n’aurai jamais pu tenir ou alors on aurait du faire des pauses tous les quarts d’heure…  Bon, on n’a pas eu à subir cela et on en est bien contents, ouf !
Quand on sait que lorsqu’on ne mange quasiment plus de glucides, l’eau est évacué facilement dans les urines et la transpiration, les électrolytes sont évacués eux aussi et c’est à cause de cela qu’on peut avoir des vertiges (voir l’article La céto pour les débutants) Dans mon cas, je perdais tellement d’eau qu’à un moment, ma transpiration n’était pas du tout salée !

Sel ami cétogène
Le sel : Mon meilleur ami

SEMAINE 3 : Symptômes de la “grippe cétogène” diminués ( Poids : 58,7 kg )

Cette semaine ressemble un peu à la précédente mais avec tous les effets désagréables atténués et moins fréquents : Moins de vertiges, meilleure digestion, meilleur sommeil, c’est pas encore parfait mais il y a du mieux !
Il y a même eu des jours « parfaits » sans vertiges, avec une bonne nuit et une bonne digestion.

La plupart des jours de cette semaine, je me suis réveillée avec facilité et bonne humeur.
Pour quelqu’un qui n’est pas du matin, c’est une chose très étonnante ! 🙂 Et même si la nuit avait été agitée, je n’ai pas eu non plus de difficultés à sortir du lit !

Elle dure longtemps quand même cette phase d’adaptation à la céto, mon corps a du mal à s’habituer. Parfois je mange trop ( gourmandise quand tu nous tient ! ), parfois pas assez gras, souvent pas assez de sel ( alala… les vieilles habitudes qui persistent ! ) … Il faut que j’écoute encore plus mes besoins et envies pour savoir ce qui est bon pour moi.

Heureusement qu’il y a des moments où je me sens au top, prête à courir 20 min à 8km/h ! (Oui, je l’ai fait alors que je DETESTE courir !)
Rien que pour ça, ça valait le coup de continuer !

SEMAINE 4 : Le pouvoir de la céto est en moi ! ( Poids : 59,2 kg)

Dernière semaine de mon premier mois en céto… Rien à signaler… à part une crampe ou deux dans la nuit (-> manque de magnésium apparement  >« Prends tes électrolytes ! »< ) …
ET SURTOUT, des journées où j’ai eu la grosse patate dès le réveil, où j’avais eu envie de dire et répéter toute la journée : « Je me sens SUPER bien » 😄

Tout ce que je peux dire à présent c’est :
« ÇA Y EST !!! JE SUIS CÉTO ADAPTÉE !!! »  Fini les vertiges et les digestions difficiles ! Je peux maintenant profiter pleinement de ma vie en céto, et continuer de voir les effets positifs sur mon énergie et mon corps !

Power Elo cétogène
Elo Power

J’ai même commencé à prendre du muscle pendant ce mois d’adaptation. Si vous avez remarqué, j’ai commencé par perdre du poids puis j’en ai repris à partir de la 3 ème semaine où j’ai eu une activité sportive 5 jours dans la semaine (3x crossfit, course à pied, piscine) parce que je tenais pas en place -> Trop plein d’énergie à dépenser vous dis-je !

LE BILAN

Bilan de ce premier mois en céto plutôt positif je dirais : une énergie accrue, une récupération sportive plus rapide, des abdos qui se dessinent, une plus belle peau (elle est SUPER douce !)…

Physiquement, il n’y a pas beaucoup de différence mais on voit que j’ai perdu quand même un peu de volume au niveau abdominal (ouf! de la graisse viscérale en moins !), donc encore un plus pour ma santé. Malgré les symptômes d’adaptations qui ont perduré un peu plus longtemps que « prévu », ils étaient minimes par rapport à une vraie grosse « Grippe Céto ».

Au final, ça s’est fait en douceur (ce qui me correspond bien) et pour le meilleur ! 😉

Elo cétogène de face
Avant – Après (face)
Elo cétogène de coté
Avant – Après (profil)
Elo cétogène dos
Avant – Après (dos)

Dernier détail : je n’ai plus faim par gourmandise, mais par réel besoin d’énergie. Un grand changement chez moi qui fonctionnait beaucoup à l’envie de manger en fait.

Il paraît que plus on est en céto, plus on a de bénéfices, alors rendez-vous à la fin de l’année pour faire le point là-dessus !

A votre tour maintenant !  Les premières semaines sont très différentes pour chacun. Certains ne verront aucune différence, d’autres vont avoir des symptômes intense un jour ou deux puis plus rien, et d’autres pour lesquels l’adaptation va prendre un peu plus de temps, comme moi !
Avez-vous fait l’expérience céto?
Si oui, racontez-nous vos débuts en commentaire sous l’article.
Si non, lancez-vous et donnez-nous VOS impressions dans les commentaires en-dessous.
Nous répondrons aussi, bien évidemment à toutes vos questions 😉

N.B. : « Prends tes électrolytes ! » et « Partage l’article ! » 😀

Cet article a 4 commentaires

  1. J’avais commencé fin septembre 2018. Quelques maux de tête et surtout des crampes dans les jambes la nuit. Mauvais sommeil mais rien de grave. Je me sentais mieux, pas de sensations de faim ou très peu, plus d’énergie mais… Fin octobre (dons 4 semaines plus tard), j’ai craqué lors de l,anniversaire de mon fils. Depuis je n’ai pas réussit à reprendre la céto… Ahh ces foutues envies de sucres….

    1. Aah, cette drogue c’est vraiment la pire !
      Dommage pour le craquage, c’est après le premier mois qu’on commence à vraiment apprécier la céto 🙂
      On croit en toi, il suffit de s’y remettre, et ça va tourner tout seul ! Si tu as des envies de sucrées, prépare-toi un gâteau céto le weekend (comme ces muffins citron-pavot), ou des Energy balls. C’est ça qui m’a aidé à me déshabituer du sucre. Maintenant, je préfère les gâteaux céto que de m’acheter un gâteau sucré à la pâtisserie !

  2. Bonjour

    Merci de partager votre expérience et d’aider les débutants , j’avais une question concernant vos débuts , avez-vous compter vos macros ( protéines , lipides et glucides )
    Merci d’avance

    1. Bonjour !

      C’est toujours un plaisir de pouvoir aider 🙂
      Concernant les macro, François les a compté au début (c’est plus pratique pour se rendre compte des quantités à consommer)
      Moi je n’ai pas eu à compter, car j’ai pu voir les assiettes de François donc j’avais déjà une idée des repas céto.

Laisser un commentaire

Fermer le menu