fbpx
Cari Poulet, un plat emblématique de l’île de La Réunion

Le cari poulet fait parti des plats les plus connus de la gastronomie réunionnaise. S’il y a deux plats qui représente le plus l’île, ce sont bien évidemment le rougail saucisse et le cari poulet !  
Aujourd’hui, on a choisi de vous partager NOTRE recette du cari poulet.

Il n’existe pas une seule recette de cari poulet. D’ailleurs, essayez de le goûter chez plusieurs personnes différentes, vous ne trouverez pas exactement le même goût ! On parie même qu’avec cette même recette, le goût sera différent chez vous 🙂

Dans tous les cas, c’est une recette très simple à réaliser mais suffisamment épicée pour vous faire voyager sous les cocotiers 😉

Les ingrédients sont tellement faciles à trouver et la recette demande si peu d’ustensiles de cuisine, que j’ai pu la réaliser dans ma cuisine minimaliste à Bali avec les moyens du bord : une marmite, un wok pour le couvercle, une planche et un couteau qui ne coupe pas ! 😀

Ingrédients pour 2 personnes

  • 4 hauts de cuisse de poulet ou 6 si elles sont petites
  • 1 gousse d’ail écrasée ou 1/2 cc d’ail en poudre
  • 20 g oignon émincé
  • 150 g tomates concassées ou tomates allongées fraîches
  • 2-3 branches de thym frais ou 1 cc thym séché
  • 2 cs huile de coco
  • 1 cc curcuma
  • Sel & Poivre au goût
  • Piment oiseau ou piment de cayenne (au goût)

Préparation du cari poulet

1. Couper les tomates si vous utilisez des fraîches.

Tomates pour le cari

2. Éplucher et émincer l’oignon. Éplucher et écraser l’ail.

Épices du cari

3. Dans une marmite ou une casserole, faire chauffer l’huile de coco sur feu vif. Puis y déposer le poulet et laisser dorer environ 3 à 4 minutes. Lorsque la première face est bien grillée, retourner sur l’autre face et laisser dorer 3 à 4 min à nouveau. 

Lorsque la viande est bien grillée sur toutes ses faces. Sortir la viande de la marmite et réserver. 

Poulet bien grillé

4. Remettre la marmite sur le feu et y ajouter les oignons, l’ail et le curcuma. Laisser colorer 2 min. La caramélisation de la viande et des épices est ce qui va révéler les saveurs du plat. Si ça noirci un peu c’est top ! 😉

5. Ajouter ensuite la viande, les tomates, le thym, le sel, le poivre et couvrir. Laisser 5 min, découvrir, remuer un peu pour enrober la viande de la sauce et des épices. Puis baisser le feu sur feu doux et laisser mijoter 20 minutes à couvert.

A la fin de la cuisson, ajouter le piment si vous le souhaitez. Servir votre cari poulet avec un bon riz de chou-fleur (la recette est ici) ou d’une poêlée de brocoli si vous préférez.

Cari poulet vue d’en haut

Au niveau des macros ça donne quoi ?

Pour une assiette de cari poulet :

Calories429
Lipides28,2 g
Glucides3,8 g
Protéines40 g

Astuces et conseils du chef

Le cari poulet est un plat que l’on peut customiser facilement avec divers aromates qui vont lui donner d’autres saveurs. Voici quelques variations de ce plat qui existent à La Réunion : cari poulet combava, cari poulet coco, cari poulet dakatine,…


Si vous aimeriez aussi avoir la recette du cari poulet coco et du poulet dakatine, vous pouvez les retrouver dans notre livre de recettes céto réunionnaises : Recettes céto du monde : Île de La Réunion disponible ici

Cari poulet coco
Cari poulet coco


Et si vous avez d’autres idées, partagez-le nous en commentaire. A vous d’inventer une nouvelle version de cari poulet !

L’huile de coco, idéale en cuisine, mais pas que !

Dans cette recette, j’utilise de l’huile de coco pour la cuisson. Dans la cuisine réunionnaise, la production d’huile de coco n’est pas très répandue, on va donc plutôt cuisiner au saindoux. Étant en Indonésie lors de la confection de la recette, mon choix était vite fait car je privilégie toujours les ingrédients locaux et comme l’huile de coco est fabriquée à Bali, on ne s’en est pas privé ! 🙂 

Les avantages de l’huile de coco

  • Elle est parfaite pour la cuisine (et c’est super bon!).  Grâce au fait qu’elle est constituée d’une majorité d’acide gras saturés, son point de fusion est élevé, elle va donc mieux résister à la chaleur que les huiles végétales composées d’acides gras polyinsaturés plus fragiles et qui peuvent devenir toxique à la cuisson.
  • C’est une source d’énergie rapidement accessible pour les besoins du corps et du cerveau. Grâce à sa constitution en triglycérides à chaine moyenne (TCM ou MCT, Médium Chain Triglyceride en anglais), le foie peut le traiter plus rapidement que les autres types d’acides gras. En quelques minutes, elles sont transformées en cétones pour alimenter notre cerveau.
  • Elle possède des propriétés anti microbiennes. L’huile de coco est connue pour être efficace contre un large spectre de bactéries, virus et champignons du fait de sa composition à 50% d’acide laurique. Ainsi, elle peut être utilisée comme traitement naturel pour prévenir et/ou traiter certaines infections, et aussi pour diminuer la plaque dentaire et avoir de belles dents 🙂
  • C’est un coupe-faim efficace. En cas de fringale le matin, une cuillère à café dans le café ou le thé, et c’est plus facile de prolonger le jeûne jusqu’à midi (soir?) 😉 
  • En bonus, utilisée en externe, elle permet également d’hydrater la peau et de protéger les cheveux des agressions extérieures.
    Mon astuce beauté: si j’ai de l’huile de coco plein les doigts pendant que je cuisine, je l’applique sur ma peau au lieu de me laver les mains ! 😀

Vous connaissiez le cari poulet? La cuisine réunionnaise? Dites-le nous en commentaire, on est curieux 🙂

On espère que cet aperçu de la gastronomie de l’île de La Réunion vous aura fait voyager sous les tropiques et que vous vous régalerez autant que nous. On a hâte de connaître votre avis! 

N’oubliez pas de partager la recette et vos photos sur les réseaux sociaux. Taggez @lacetosympa avec le #lacetosympa pour qu’on puisse voir votre oeuvre !

Et n’hésitez pas à poser vos questions et suggestions en commentaire, nous serons ravis d’y répondre !

Cet article a 3 commentaires

  1. Merci de nous faire part de vos recettes et d’articles très intéressants ( Hélène du Quebec Bye )

  2. Oui je connais car je suis Réunionnaise!!! Votre site est très bien. Personnellement je ne mange pas 100% céto mais IG bas, car le sucre et le pain, pâtes, gateaux etc sont des plaisirs occasionnels pour moi. Et je pense que c’est bien là leur place dans l’alimentation, et surtout pas en base ( surtout pour les sucres raffinés). J’ai perdu 17 kg en trois mois avec un régime céto/IG bas il y a 2 ans. Depuis, je sais EXACTEMENT ce qu’il faut faire ou pas si je reprends un ou 2 kg!!! Et entre autre ne pas limiter le gras!!! Aussi je ne mange plus de farine blanche, que de l’épeautre, seigle, petit épeautre etc. Le pain, c’est quand même une tradition française et même mondiale millénaire! Mais avec une farine qui se ( que l’on) respecte! Et jamais en trop grosse quantité. J’en profite pour dire que c’est assez facile de manger IG bas en cuisine réunionnaise, il suffit si on veut vraiment être IG très bas/ céto de remplacer en partie/entièrement le riz par un/des légumes. Sinon, les caris et rougails sont les mêmes car déjà cétogènes. Dommage que ce régime ne soit pas très répandu ici, ou le diabète sévit autant!!! Et où les gens ne sont pas au courant des faits scientifiques ( glucides= graisse!)!!! Franchement, s’il y a un endroit où vous devriez vendre “physiquement” votre livre, c’est bien sur notre île!!! Bonne continuation et bravo pour votre livre, Sarah

    1. Merci beaucoup pour ce témoignage Sarah !
      Rien de mieux qu’une réunionnaise pour parler de la cuisine réunionnaise 🙂
      C’est super que tu aies trouvé l’alimentation qui te convienne. Cela prouve à nouveau que diminuer les glucides a un effet positif sur la santé et la perte de poids.
      Nous sommes complètement d’accord pour le diabète à La Réunion. On espère que l’information va vite tourner et que l’état actuel des choses va s’améliorer. Et si un jour, on a l’opportunité de pouvoir vendre notre livre sur l’île, on y réfléchira sérieusement, c’est sûr 😉

Laisser un commentaire

Fermer le menu